Didier Jambart répond à FRANCE PARKINSON et interpelle le professeur POLLAK

Pouvez-vous me donner  votre avis sur ce sujet.

  

 Pourquoi France Parkinson (via le Pr POLLAK) vient de lancer à son tour[Jambart didier]  (http://www.franceparkinson.fr/ la même collecte de témoignages (forme  de pétition)  que moi (en fait je leur avais adressé mon mail de collecte).

  
Quel est le but de FRANCE PARKINSON ? Puisque le Pr POLLAK en sait autant que le Pr DAMIER  (voir plus bas) ou le CHUV de Lausanne (voir ci-dessous).

 

  
Je ne comprends pas ?

Le mien est de démontrer aux autorités telles que l'Association des CRPV, le Ministère de la santé, la Haute Autorité de Santé, et l'AFSSAPS  que les troubles comportementaux impulsifs liés aux AD (Agonistes Dopaminergiques) chez les malades au cours de leurs traitements antiparkinsoniens est largement sous-estimé.
  
Mon seul objectif personnel est que le risque soit identifié et porté à son vrai niveau dans le vidal, dans les notices, etc...
  

En effet où se trouve la vérité dans les Agonistes Dopaminergiques ? :

- dans la notice du REQUIP, on estime les troubles du comportement (jeu pathologique, hypersexualité,etc...) à 1 cas sur 10 000 ==> cas de survenance RARE
- dans l'article du CRPV de Toulouse rédigé par le Pr Montastruc , ces troubles sont estimés à 5 à 7 % ==> cas de survenance PEU FRÉQUENT
  tout comme dans le CR de l'AAN de SAN DIEGO 2006  on estime ces troubles à ce même % soit 5 à 7 %
- Officieusement dans le milieu de la neurologie, à l'afssaps, dans les CRPV on reconnaît que ces troubles sont sous-estimés et seraient plutôt de l'ordre de 15 % ( tout comme l'étude du CHUV (Lausanne) voir ci-joint , des statistiques pour la suisse: 5 à 15% sur 15.000 parkinsoniens ==> cas de survenance  FRÉQUENT

 

Donc entre RARE (1 pour 10 000) et FRÉQUENT (>à 10 pour 100), le risque est loin perçu de la même façon chez les patients. non ?

 

Dans Presse-Océan du 18/10/2007 le Pr DAMIER éminent neurologue français reconnu mondialement, tout comme le Pr POLLAK , affirme ceci "une étude canadienne a démontré que ces effets indésirables concernaient 17% des malades.Pour les autres le traitement reste positif"

 

Alors pourquoi le risque est-il toujours en 2011 sous-estimé et donc les patients mal informés. Dans quel but ? ==> commercial ?

 

Mr POLLAK vous connaissez tout cela par cœur, puisque c'est VOUS par votre action en 2005/20006  qui avez agi et fait pression pour faire sortir Mme Marie Jeanne Dxxxxx de l'hôpital psychiatrique de Montpellier où elle y avait été internée du fait des troubles comportementaux dus à son traitement sous REQUIP ?

Cordialement
Didier JAMBAR

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    latuner (mercredi, 10 août 2011 15:28)

    j'ai la maladie de parkinson depuis 2002 mon traitement je prend 1 otrasel de 1.25 a jun un requip lp de8mg plus 1 de 2mg plus un demi sinemet10mg/100mg plus stalevo 150mg plus un mantadix 100mg et tout lss 3heurs un mantadix un stalevo un 1/2 sinemet puis 2 fois un stalevo 1/2 sinemet
    depuis j'aie les meme gouts au jeux comme monsieur didier jambart pouver vous me repondre merci