Boire abondamment de l’eau détruit la fonction vésicale en distendant la vessie. Pléthore d’eau entraîne pléthore de maux urinaires

Le Pr. Brigitte Mauroy, urologue et coordinateur du réseau Périnice et le Dr. Richard Matis, gynécologue et organisateur de la 2ème Journée de Périnéologie de Périnice, tirent un signal d’alarme, mettant ainsi fin au mythe des bénéfices de l’eau :  “boire abondamment de l’eau détruit la fonction vésicale en distendant la vessie. Pléthore d’eau entraîne pléthore de maux urinaires” et en particulier l’incontinence urinaire qui touche aujourd’hui plus de 6 millions de femmes en France.

C’est avec cet avis médical de spécialistes de l’urologie, la fin d’un mythe de l’eau qui ne met en avant que les bénéfices pour notre santé, sur la ligne par exemple, l’hydratation de la peau, la perte de poids, sur l’élimination des toxines, etc. Car la réalité serait bien différente:  Boire abondamment de l’eau détruit la fonction vésicale en distendant la vessie. Pléthore d’eau entraine pléthore de maux urinaires : fuites, incontinence, pollakiurie, urgence mictionnelles, levers nocturnes multiples, cystites à répétition, infections urinaires à répétitions, reflux vésico urétéraux, insuffisance rénale, troubles du sommeil, de l’humeur, dépression, marginalisation, handicap social etc.

Ces médecins tirent un signal d’alarme devant la recrudescence des pathologies urinaires de la femme dues au mythe des bienfaits de l’eau et souhaitent aujourd’hui sensibiliser le grand public et les professionnels de santé sur ce phénomène qui devient un réel problème de santé publique en précipitant de nombreuses femmes dans le handicap social de l’incontinence urinaire.  

L’incontinence, aujourd’hui considérée à juste titre comme un handicap à part entière, concerne 6 millions de femmes en France tous âges confondus, avec un pic de fréquence chez la femme très jeune et un autre chez la femme en péri-ménopause. L’incontinence est aussi un des premiers motifs d’institutionnalisation de la personne âgée en France et représente un coût considérable pour la personne et la société.

La 2ème édition des Journées de Périnéologie de Pérince (JPP2) fera bientôt le point sur cette consommation exagérée d’eau et ses conséquences pour la santé. Seront exposées de façon pragmatique les méthodes diagnostiques et thérapeutiques, au sein d’une prise en charge multidisciplinaire de qualité, comme nous le propose dans le Nord – Pas-de-Calais, le réseau de soin Périnice, agréé par la Haute Autorité de Santé et soutenu par l’Agence Régionale de Santé. Un colloque qui s’adresse à l’ensemble des acteurs de Santé de proximité: médecins traitants, infirmières, kinésithérapeutes, pharmaciens, institutions, spécialistes du réseau, etc., qui œuvrent quotidiennement au contact du patient incontinent.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Urit Lacoa (dimanche, 27 mars 2011 20:35)

    Je suis vraiment etonnée.
    Ça devrait changer les habitudes.
    Santiago deu Chili