LA THERAPIE GENIQUE: méthodologie dans le service du Dr Stéphane Palfi

(Source thérapie génique:Paul Benkimoun /lemonde.fr)


Que signifie cette expression?

 

La thérapie génique est une stratégie de traitement de maladie consistant à faire pénétrer des gènes (ou pièces neuves) dans les cellules ou les tissus d'un individu porteur de gènes défectueux( ou pièces altérées) au moyen de "virus domestiqués", pour traiter une maladie.
Presque comme un mécanicien qui ouvrirait un capot pour remplacer une pièce cassée.
Plus simplement : Prenons l'exemple d'un postier qui doit déposer un petit colis de pièces de rechange chez un mécanicien et qui trouve les grilles du domaine fermées. Il est trop gros pour pouvoir se faufiler, mais s'avise d'un enfant qui passe. Celui-ci est suffisamment mince: il, lui donne le paquet et lui indique où aller le déposer. La pièce de rechange est bien arrivée et le moteur sera réparé.

 

On se sert de la capacité d'un virus à pénétrer à l'intérieur d'une cellule pour lui "coller" et faire transporter une pièce de remplacement d'une pièce défectueuse à l'intérieur de la cellule, ce qui fait de nouveau fonctionner la cellule ou le groupe cellulaire de manière normale.


[ Rapppel ] Quelle sont les signes de la maladie de Parkinson ?
Les trois principaux symptômes de la maladie de Parkinson sont :

  • le tremblement de repos, le plus facile à voir sur les mains
  • la bradykinésie/ akinésie :troubles du mouvement, ralenti ou absent
  • Troubles du tonus, la rigidité, ou maintient du muscle et du squelette dans une position presque figée.
  • Les autres signes :
  • syndrome dépressif : il est présent chez 40 à 50 % des patients et peut être un signe d'entrée dans la maladie. Il peut-être interprété à tort, par l'entourage, comme un manque
  • de volontarisme et de combativité face à la maladie.
  • instabilité posturale : L'équilibre et la marche sont régulés par des réflexes dits de posture. Ces mouvements involontaires perturbés se manifestent par des troubles de
  • l'équilibre pouvant entraîner des chutes. Il s'agit généralement d'une manifestation tardive.
  • hypersudation
  • trouble de la mastication et de la déglutition
  • hypotension orthostatique : étourdissement au passage en position debout
  • constipation
  • besoin impérieux d'uriner
  • troubles du sommeil (difficulté d'endormissement, réveils nocturnes, temps de sommeil abrégé)
  • bradyphrénie : ralentissement d'idéation. La personne semble difficilement comprendre ou s'exprimer. Puis vient la confusion mentale et même la démence.

Traitement
1-Le plus ancien: la L-dopa, inconvénient majeur, l'effet du médicament diminue avec le temps
2-Un nouveau traitement
Par le biais d'une thérapie génique, est actuellement en cours d'expérimentation chez l'homme.
Cet essai découle des résultats encourageants d'études préliminaires menées chez le primate (singes). Ceux-ci sont présentés, mercredi 14 octobre 2010, sur le site de la revue Science Translational Medicine par l'équipe du professeur Stéphane Palfi (CNRS/CEA, hôpital Henri-Mondor, Créteil) associée à des chercheurs de la société de biotechnologie britannique Oxford Medica


Deuxième affection neurodégénérative la plus fréquente après la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson (qui touche 100 000 personnes en France) se traduit par des troubles moteurs de sévérité croissante, avec des tremblements, une rigidité des membres et une diminution des déplacements.


Elle résulte d'une dégénérescence des neurones cérébraux qui produisent la dopamine, neurotransmetteur indispensable au contrôle des mouvements.
L'administration d'un traitement par la L-dopa, un précurseur de la dopamine, pour combler ce déficit, tout comme la greffe de neurones d'embryons, ne donnent pas des résultats suffisamment bons sur le long terme.

 

Une équipe américaine, associée à la société Genzyme, a déjà testé sur l'homme une thérapie génique utilisant un virus comme vecteur d'un seul gène, avec une efficacité qui reste à confirmer.
Pas d'effets indésirables


D'où l'idée de Stéphane Palfi et de ses collaborateurs d'utiliser un vecteur viral pour faire s'exprimer dans le cerveau non pas un, mais trois gènes permettant d'assurer la production de dopamine de manière continue. "Au cours d'un essai chez le primate avec un groupe contrôle, nous avons démontré que ce concept pouvait marcher.

 

Nous utilisons comme vecteur un virus d'origine équine, capable de transporter les trois gènes et nous l'injectons dans le striatum", explique Stéphane Palfi. Le striatum est la région du cerveau où la dopamine manque le plus au cours de la maladie de Parkinson.
Les chercheurs ont utilisé comme modèles des macaques qui développent la maladie de Parkinson, après administration d'une toxine, et qui souffrent des mêmes effets indésirables observés lors du traitement par la L-dopa (anomalies du mouvement) chez l'homme.
"Les primates récupéraient dès la deuxième semaine après la thérapie génique, et nous avons vérifié que ce bon résultat était conservé avec un recul de 44 mois, avec en particulier l'absence des effets indésirables de la L-dopa", indique Stéphane Palfi. Les trois gènes permettent à la fois la production de dopamine et la conversion de la L-dopa en dopamine, précise le chercheur.

 

"Leur production de dopamine représente 50 % de la production normale. Dans la maladie de Parkinson, les symptômes apparaissent lorsque 70 % des
neurones produisant de la dopamine sont détruits", remarque Stéphane Palfi.
Toujours associée à Oxford Medica, l'équipe a obtenu des autorités le feu vert pour procéder à un essai clinique.

Un premier patient a été opéré en mars 2008. Cinq autres ont suivi,
toujours avec les mêmes résultats en termes de tolérance de la thérapie. Les premières observations, non publiées à ce jour, montrent une amélioration des symptômes, mais un nouvel essai, dit de phase 2, permettra d'évaluer l'efficacité de ce traitement chez l'homme.

 

(Source thérapie génique:Paul Benkimoun /lemonde.fr)

Écrire commentaire

Commentaires : 0