L'effet de la stimulation sensorielle rythmique sur la marche dans la maladie de Parkinson

Source : Jing Xie-B rustolin (Hôpital Neurologique, Lyon)


Les troubles de la marche sont très fréquents dans la maladie de Parkinson. De nombreuses études d’analyses quantitatives sur la marche parkinsonienne ont démontré que les anomalies des paramètres
spatiaux temporels chez les parkinsoniens sont souvent une réduction de la longueur de l’enjambée, une diminution de la vitesse de marche et une augmentation de la variabilité de longueur de l’enjambée.

 

Unehaute variabilité de la durée du cycle de la marche a été également décrite dans la maladie de Parkinson.
Cette variabilité est considérée comme un facteur de risque de chute chezles parkinsoniens. Le degré des troubles de la marche dans la maladie de Parkinson dépend de la sévérité de la maladie.

Certaines études ont montré que la stimulation sensorielle (auditive, visuelle) améliore le pattern de la marche parkinsonienne. Pourtant, ces études n’ont pas pris en compte la sévérité de la maladie de
Parkinson. Dans cet article, les auteurs ont analysé quantitativement l’effet de la stimulation sensorielle sur la marche parkinsonienne en tenant compte du stade de la maladie.

Dix témoins sains et 25 patients atteints d’une maladie de Parkinson idiopathique ont été inclus dans cette étude.

Le groupe parkinsonien est subdivisé en 2 sous-groupes selon le stade de Hoehn et Yahr : 16 patients dans le sous-groupe I (stade I et II) ; 9 patients dans le sous-groupe II (stade III et IV).

Tous les patients étaient capables de marcher sans aide sur 30 mètres sous l’effet de médicament chronique. Tous les sujets doivent marcher d’abord avec leur vitesse préférée et puis marcher en suivant la stimulation sensorielle.

La marche est enregistrée par un système Footswitches accompagné d’une vidéo.
Les résultats chez les parkinsoniens ont montré une réduction de la longueur de l’enjambée, une diminution de la vitesse de marche et une augmentation de la variabilité de la durée du cycle de la marche
par rapport aux témoins.

Tandis que la cadence et la variabilité de longueur de l’enjambée n’étaient pas significativement différentes entre les témoins et les patients.

 

Quand on séparait les 2 sous-groupes parkinsoniens, le résultat était complètement différent. Dans le sous-groupe I, on ne retrouvait aucune
anomalie de paramètres de marche par rapport aux témoins. Par contre, dans le sous-groupe II, on a retrouvé une réduction de la longueur de l’enjambée, une diminution de la vitesse de marche, une augmentation de la variabilité de longueur de l’enjambée et une augmentation de la variabilité de la durée du cycle de la marche par rapport aux témoins.

La cadence était normale.

La stimulation auditive à une fréquence correspondant à la cadence préférée des patients a montré un effet positif sur la marche
parkinsonienne. Elle augmentait la longueur de l’enjambée et diminuait la variabilité de la durée du cycle de la marche. La stimulation visuelle n’avait pas le même effet à cette fréquence.

En conclusion : cette étude a démontré que la détérioration des paramètres de marche chez les parkinsoniens commence à partir du stade de Hoehn et Yahr III. Cela confirme que les troubles de la
marche dans la maladie de Parkinson font partie de la progression de la maladie. Une haute variabilité de la durée du cycle de la marche dans la maladie de Parkinson est un risque important de chute.

 

La stimulation auditive à une fréquence correspondant à la cadence préférée des patients parkinsoniens diminue significativement cette variabilité de la durée du cycle de la marche et diminue le risque de chute.

 

Tandis que la stimulation auditive à une fréquence plus basse que cette cadence augmente cette variabilité.

Donc, il n’est pas recommandé pour la rééducation de la marche.


Remplacer les médicaments par du sport ou un régime ?

CareVox - ‎Il y a 14 heures ‎
La surconsommation de médicaments en France inquiète désormais fortement la Haute Autorité de Santé. Encouragée par la Sécurité sociale à élaborer des alternatives, l'autorité lance ainsi une réflexion et en vient à conseiller aux médecins de prescrire ...

Le Point - Le Grand Méchant Buzz - Edubourse.com (Communiqué de presse) - CeriseClub