PERSONNALITES VICTIMES DU PARKINSON SUR TOUS LES CONTINENTS


EUROPE CENTRALE : PAPE JEAN-PAUL II

Pape  Jean-Paul II
Pape Jean-Paul II

Il n'y a pas de favori pour lui succéder. Le Polonais Karol Wojtyla était lui-même un outsider quand il devint le premier non Italien depuis 455 ans à devenir pape, le 16 octobre 1978.

Outre son combat contre le communisme et ses gestes de rapprochement avec les religions juive et musulmane, Jean Paul II restera dans l'histoire pour sa défense stricte des doctrines traditionnelles du Vatican. Son opposition à la contraception, à l'avortement, à l'accès des femmes à la prêtrise ou encore au mariage des prêtres lui ont valu d'être critiqué par la frange la plus libérale de l'Eglise.

Mais c'est avant tout son rôle en faveur de la paix qui a été souligné dans les hommages rendus par le monde entier.

 

Deux ans après sa mort, fin de l'enquête sur un "miracle" de Jean-Paul II
Lundi 2 avril, deux ans jour pour jour après sa mort, la phase diocésaine du procès en béatification du pape polonais sera close par le cardinal Camillo Ruini, vicaire de Rome. Une durée très rapide, donc, pour un procès qui, par décision de Benoît XVI, a été dispensé du délai de cinq années au moins après la mort de la personne, délai prévu par le droit canonique.

Mardi 27 mars, le postulateur de la cause, Mgr Slawomir Oder, un prêtre polonais incardiné à Rome, déposa auprès de la Congrégation des causes des saints un dossier volumineux : plus de 120 témoignages consignés, avec des études historiques et théologiques sur l’ensemble de ses écrits, ceux de Karol Wojtyla comme ceux de Jean-Paul II.

Figure ausssi le dossier de la religieuse française, âgée de 45 ans et qui aurait guéri d’une maladie de Parkinson, la même maladie que le pape, deux mois après la mort de Jean-Paul II, par l’intercession de celui-ci.    Lire notre rapport ...

La guérison de Sœur Marie-Simon-Pierre, religieuse française de 44 ans, atteinte de la maladie de Parkinson. est bien un "miracle" attribué au Pape Jean-Paul II

Les présidents George W. Bush, George Bush et Bill Clinton se recueillent devant la dépouille de Jean-Paul II, le 6 avril 2005 dans la basilique Saint-Pierre de Rome
Les présidents George W. Bush, George Bush et Bill Clinton se recueillent devant la dépouille de Jean-Paul II, le 6 avril 2005 dans la basilique Saint-Pierre de Rome

[SOURCE : Journal La Croix - Frédéric MOUNIER, à Rome]
Jean-Paul II sera probablement béatifié le 16 octobre 2011
La cause en béatification du pape Wojtyla aurait connu d'importantes avancées ces dernières semaines

Les présidents George W. Bush, George Bush et Bill Clinton se recueillent devant la dépouille de Jean-Paul II, le 6 avril 2005 dans la basilique Saint-Pierre de Rome (Photo : Eric Draper/ Maison Blanche ).

Selon Andrea Tornielli, vaticaniste du quotidien italien Il Giornale, Jean-Paul II devrait être béatifié en 2011, peut-être avant l’été, mais plus probablement le dimanche 16 octobre. Ces dernières semaines, la commission médicale de la Congrégation des causes des saints a adopté une position favorable sur le miracle attribué à l’intercession de Jean-Paul II. Ce dossier a également été approuvé par la commission théologique.

Dans les prochains jours, les cardinaux et évêques membres de la congrégation se réuniront pour valider l’ensemble du dossier, qui sera ensuite présenté à Benoît XVI. Ce dernier avait déjà promulgué, le 19 décembre 2009, les « vertus héroïques » de son prédécesseur.

Le postulateur de la cause de béatification du pape polonais, Mgr Slawomir Oder, avait présenté à la congrégation le dossier de guérison de Sœur Marie-Simon-Pierre, religieuse française de 44 ans, atteinte de la maladie de Parkinson. Contrainte par la maladie d’abandonner son service auprès d’une maternité en Arles, elle s’était trouvée guérie, en juin 2005, de façon aussi instantanée qu’inexpliquée, après avoir prié le défunt pape.

Souhait de certains milieux romains de «ralentir» la cause
Durant plusieurs mois, la commission médicale, présidée par le professeur Patrizio Polisca, médecin personnel de Benoît XVI, ne s’était pas réunie.

L’un des spécialistes consultés, ayant manifesté sa perplexité quant à la fiabilité du diagnostic initial, avait souhaité vérifié que la religieuse française était bien atteinte de cette affection précise.

D’autres spécialistes ont donc été consultés. Il a même été question de prendre en compte un autre « miracle », parmi les nombreux attribués à Jean-Paul II.

Pour certains observateurs, à Rome, le délai mis à instruire ce dossier était significatif du souhait de certains milieux romains de « ralentir » la cause. Notamment en raison du soutien appuyé affiché par le pape polonais aux Légionnaires du Christ, alors que leur fondateur, le P. Maciel était, à la même époque, durement mis en cause par le cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

16 octobre 2011, anniversaire de l’élection de Jean-Paul II
Quoiqu’il en soit, le cardinal préfet de la Congrégation des causes des saints, le cardinal Angelo Amato, devrait donc être en mesure, d’ici quelques semaines, de soumettre à Benoît XVI le décret de reconnaissance du miracle, ouvrant ainsi la voie à la béatification.

Plusieurs dates sont envisageables. Le 2 avril 2011 serait le sixième anniversaire de sa mort. Mais la date retenue sera, plus probablement, le dimanche 16 octobre 2001, anniversaire de l’élection de Jean-Paul II.

Un tel événement suppose en effet, à Rome, une organisation logistique importante, compte tenu des centaines de milliers de pèlerins polonais attendus.


USA : Michael J FOX

Le cauchemar commence en 1991. Sur le plateau du film Doc Hollywood, Michael J. Fox remarque le tremblement incontrôlé d'un de ses doigts. Peu après, il se rend chez son médecin puis passe des tests médicaux. La terrible nouvelle tombe : il est atteint de la maladie de Parkinson. Il n'a alors que 30 ans...

  Mais la maladie progresse inexorablement... Après 7 ans de douleur, de refus (d'y croire, de se battre...), de hauts mais surtout de très bas (désespoir, alcool, mariage au bord du gouffre...), il se décide à confier son secret à l'Amérique. En décembre 1998, il fait la Une du très célèbre magazine américain People et annonce qu'il est atteint de la maladie de Parkinson. Quelques mois plus tard, il annonce son intention de quitter Spin City et de mettre sa carrière au second plan pour se consacrer à sa famille et à son nouveau combat...
La fondation
Le 23 mai 2000, la veille de la diffusion de son tout dernier épisode de Spin City, Michael J. Fox crée officiellement The Michael J. Fox Foundation for Parkinson's Research et organise une conférence de presse à Capitol Hill, haut lieu symbolique et politique américain.
Le but de cette fondation est de récolter des fonds afin de soutenir la recherche. Michael J. Fox espère atteindre cet objectif dans un délai de 10 ans. Les sommes récoltées sont réinvesties dans des projets de recherches, minutieusement choisis, le principe étant de ne négliger aucune piste.
Depuis novembre 2000, plus de 90 millions de dollars ont été récoltés par la fondation de l'acteur. Comme il le dit : "La bataille contre la maladie de Parkinson peut être gagnée et nous avons un rôle à jouer dans cette victoire" Le rêve de Michael J. Fox était de trouver un traitement dans un délai de 10 ans après la création de sa fondation. Il reste 3 ans pour l'aider à le réaliser, le combat continue !


FRANCE : Michel DEBRE

MICHEL DEBRE , ANCIEN PREMIER  MINISTRE
MICHEL DEBRE , ANCIEN PREMIER MINISTRE

Cet ancien premier ministre de de Gaulle est le plus gaulliste des gaulistes. Nostalgique du temps des colonies, il résideait depuis plus de 20 ans à la Réunion où il se fait le chantre des traditions, critiquant la décentralisation et la construction européenne. Au nom d’une « certaine idée de la France ».


CANADA : DIANE PATENAUDE

Diane Patenaude avait un bel avenir devant elle (MBA (Maîtrise en administration des affaires) quand à 36 ans, elle apprend qu’elle a la maladie de Parkinson. À 44 ans, elle met fin à sa carrière. Combative jusqu’au bout, elle se consacre à la présidence à la Société Parkinson du Québec et àécrire plusiuers livres sur le sujet.

Extrait du livre de Diane Patenaude
"J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle" me dit le neurologue. "Allons-y pour la mauvaise," répondis-je. "Vous avez, madame, la maladie de Parkinson". Comment ? J’ai mal entendu. C’est sûrement une erreur. J'ai 36 ans, pas 80 ! Et la bonne nouvelle alors ? "Le Parkinson n'est pas une maladie mortelle. Généralement, les parkinsoniens n’attrapent pas d’autres maladies graves dans leur vie". Quelle chance, pensais-je. Je vais trembler un peu et puis l’affaire sera classée...


CHINE : MAO TSE-TOUNG

Mao, chef du parti communiste chinois, met fin à des années de guerre civile et entreprend de grandes réformes. Mais c’est un désastre qui engendre la plus grande famine du siècle. 1966 : la Révolution culturelle. Des milliers de "gardes rouges" défilent en brandissant le "Petit livre rouge" de Mao et détruisent tous les signes extérieurs de "bourgeoises". Affaibli par la maladie de Parkinson, Mao Tsé-Toung meurt le 9 septembre 1976, à Pékin à l'âge de 82 ans.
Le "grand timonier" dirigeait la Chine populaire depuis 1949. Théoricien et praticien d'une voie communiste originale.


MOYEN ORIENT : YASSER ARAFAT

Atteint de la mladie de Parknson, en octobre 2004, Arafat se plaint de douleurs à l’estomac et de vomissements. Malgré une première intervention chirurgicale dans son quartier général de la Mouqata’a à Ramallah, en Cisjordanie, le 25 octobre, sa santé continue à se dégrader. Le 29 octobre 2004, gravement malade, Yasser Arafat quitte Ramallah pour rejoindre la Jordanie, d’où il se rend en France, à bord d’un avion médicalisé. Il est hospitalisé dans l’hôpital d’instruction des armées Percy à Clamart près de Paris.

 

Il décède officiellement à Clamart le 11 novembre 2004, à 3h30, heure de Paris, dans la seconde partie du mois de Ramadan.


MARYSE CONDE EST ATTEINTE DE LA MALADIE DU PARKINSON

Maryse Condé
Maryse Condé

Maryse Condé est née en 1937 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. En 1953, elle partit étudier au Lycée Fénelon puis à la Sorbonne, où elle étudia l'anglais. Elle épousa Mamadou Condé, un acteur africain, en 1959. Ses études terminées, elle enseigna en Guinée, au Ghana, et au Sénégal. Elle fut aussi journaliste à la BBC et en France.

En 1981, elle divorça et épousa en secondes noces Richard Philcox, le traducteur de la plupart de ses romans vers l'anglais.

Après de nombreuses années d'enseignement à Columbia University, elle partage aujourd'hui  son temps entre son île natale et New York.

Les romans de Condé explorent des questions de sexes, de races et de cultures, dans différents lieux et époques historiques, y compris les procès de sorcellerie à Salem, dans Moi, Tituba sorcière... (1986) et le royaume bambara de Ségou (actuel Mali) au XIXe siècle au dans Segou.

Elle préside le Comité pour la mémoire de l'esclavage créé en janvier 2004 pour l'application de la loi Taubira qui a reconnu en 2001 la traite et l’esclavage comme crimes contre l’humanité. À ce titre c'est sur sa proposition que le président Jacques Chirac a fixé au 10 mai la Journée de commémoration de l'esclavage, célébrée pour la première fois en 2006. Elle écrit également des romans pour le magazine : Je bouquine.


SYLVIE JOLY : LE COURAGE D'EN RIRE

Sylvie Joly, grande dame du rire français et pionnière en matière de one woman-show souffre depuis six ans d'une forme sévère de la maladie de Parkinson. Témoignage.