http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/treize-ans-de-ma-vie-avec-la-maladie-de-parkinson_981693.html

« Témoignage »
La Vie, juillet 2010
La Vie publie le « témoignage » d’un lecteur, agriculteur à la retraite, qui écrit : « J'ai connu l'arrivée des désherbants et des fongicides pour le blé. Certaines herbes devenant résistantes, le technicien de notre coopérative avait toujours le remède... sans nous avertir du danger ».
Ce lecteur continue : « Nous ne portions pas de masque. Le soir, nous ressentions des maux de tête après les traitements. Jusqu'au jour où un voisin qui avait utilisé un débroussaillant fut pris de violentes céphalées et hospitalisé. On trouva les traces du produit à l'analyse de sang. Dès lors, il fut atteint de la maladie de Parkinson ».

 


Vivre avec une maladie de Parkinson - planet
Annick Tournier, 61 ans, est atteinte de la maladie de Parkinson. Elle nous confie son quotidien : le regard des autres, les attitudes qui l'énervent le plus... Et donne quelques conseils à tous ceux atteints de cette maladie.
Bien comprendre la maladie de Parkinson - planet
Coup de gueule de personnes atteintes de la maladie de Parkinson sur la perception de cette maladie par les autres.
Mots-clés : parkinson sante
Parkinson : des malades rejetés ? - planet
De nombreux malades de Parkinson et spécialistes de la maladie s'accordent à dire que de nombreux progrès sont à faire dans la prise en charge et le suivi de la maladie. Leur coup de gueule.
Mots-clés : parkinson sante
Le Pape JP II en communication ave ses évêques via le Web
Le Pape JP II en communication ave ses évêques via le Web
Une religieuse, qui dit avoir souffert de la maladie de Parkinson, affirme aujourd’hui avoir été guérie.
ROME, Mardi 31 janvier 2006 (
ZENIT.org) - Une religieuse aurait été guérie de la maladie de Parkinson par l’intercession de Jean-Paul II, selon le postulateur de la cause du défunt pape, Mgr
Slowomir Oder.
Responsable du portail http://www.vicariatusurbis.org/beatificazione ouvert en ligne en vue de la promotion de la cause de Jean-Paul II, Mgr Oder faisait état de 19.837 messages en quatre langues et contenant des témoignages sur des grâces reçues par l’intercession de Jean-Paul II.

Mgr Oder déclarait dimanche 29 janvier, au soir, au micro de « Radio Uno », dans l’émission “Oggiduemila” (“Aujourd’hui deux mille”) : « Je ne veux pas encore parler de miracle parce que c’est une chose trop exigeante.
Mais cette personne a fait l’expérience d’une « intervention » alors que sa situation la rendait incapable d’agir et elle a été guérie d’une maladie qui était aussi tellement visible dans la dernière partie de la vie de Jean-Paul II ».


« Je suis ému, disait-il, en pensant que c’était la même maladie qui a détruit le Saint-Père et qui empêchait cette pauvre sœur de faire son travail (...). Pour moi, c’est un autre signe de la créativité de Dieu ».


Il annonçait comme « imminente » l’enquête canonique sur cette guérison qui serait survenue en France, en octobre 2005. Il s’agirait d’une religieuse française « relativement jeune », a déclaré également le postulateur à l’agence Reuters.
Il semble que beaucoup de malades atteint par la Maladie de Parkinson , déçus par la prise en charge médicale classique, se tournent vers des médecines parallèles : homéopathie, acupuncture. D’autres consultent des magnétiseurs, 'autres font appel à leur religion pour compenser leurs inquiétudes.

Guérie de la maladie de Parkinson par l’intercession de Jean-Paul II ?

Trois questions furent posées à Franck Durif, neurologue et directeur du département de neurosciences de l’hôpital de Clermont-Ferrand [2007]. [Source : 20minutes.fr]
Le témoignage de la religieuse, qui pourrait servir au procès en béatification de Jean Paul II, est-il plausible ?


Sur le plan médical, non. La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative, c’est-à-dire que les cellules nerveuses disparaissent définitivement. Aucune guérison n’est possible aujourd’hui.

Il peut éventuellement s’agir d’une maladie de Parkinson peu évolutive dont les symptômes, faibles, sont rendus invisibles par un traitement régulier. Mais cette hypothèse, qui ne correspond pas au témoignage de la religieuse qui se dit définitivement guérie, supposerait de la malhonnêteté de sa part.

Le diagnostic, qui attribuait la maladie de Parkinson à la religieuse, peut-il être faux ?

Oui, d’autant plus que la maladie de Parkinson présente un piège diagnostic. Une simple dépression nerveuse, qui provoque une lenteur physique – l’un des principaux symptômes de Parkinson avec les tremblements – peut être confondue avec cette maladie.

Certains traitements médicamenteux – comme celui contre les bouffées de chaleur chez les femmes ou des médicaments neuroleptiques contre les troubles du comportement psychique – peuvent aussi provoquer des symptômes similaires à la maladie de Parkinson. Si le traitement est arrêté, les symptômes disparaissent. Ce qui pourrait expliquer le cas de la religieuse.

Autre explication : il peut s’agir de syndromes parkinsoniens dits «psychogènes». C’est-à-dire des troubles psychiatriques qui poussent le malade à reproduire, consciemment par simulation ou inconsciemment par hystérie, les symptômes de Parkinson. A Clermont-Ferrand par exemple, un ou deux cas sont révélés chaque année.

L’annonce par le Vatican qu’il serait donc possible par miracle de guérir de la maladie de Parkinson ne risque-t-elle pas de donner de faux espoirs à vos patients ?

Certains de mes patients se sont montrés sceptiques par rapport à ce que dit l’Eglise.
L’irrationnel fait partie de l’humain.